Revue Jogoo: quid?

Revue Jogoo: quid?

coq-ensemble Jogoo est la revue électronique semestrielle de Philosophie africaine et de culture. Elle est hébergée dans le site web de “Philosophie africaine. Débats et questions”. Il s’agit d’un espace de réflexion interdisciplinaire autour de l’Afrique, sur une base philosophique et portant sur des questions de l’Homme.

Le mot “Jogoo” nous vient du Swahili (langue bantoue la plus parlée des langues africaines), et est utilisé pour designer le “coq”.

Le coq est une image bien significative en philosophie africaine contemporaine. Elle nous vient des journées philosophiques organisées par le Département de philosophie de Lubumbashi (Est de la République Démocratique du Congo) au sujet de l’enseignement secondaire et universitaire de la philosophie. En effet, c’est dans la périphérie de Lubumbashi, précisément au Monastère de Kiswishi, du 1er au 4 juin 1973, que les étudiants de deuxième Licence (actuel Master dans le système belge en vigueur dans le pays) de ce Département s’interrogent sur le type de philosophie qu’il convient d’enseigner au Zaïre d’alors, dans une Afrique en pleine mutation. C’est ainsi que les étudiants Botolo et Ngangura vont au nom de leurs camarades, proposer la philosophie fonctionnelle (« De l’enseignement de la philosophie au Zaïre ou prélude à la philosophie vitale», Cahiers Philosophiques Africains, 3-4 (1976), 51-61 ; débat pp. 171-174).

Voulant prendre le contre-pied de la pensée occidentale dont le symbole de la pensée philosophique est la chouette, faisant ainsi une « philosophie crépusculaire qui s’élève sur les fatigues et les ombres de la nuit », une méta-activité. Les latins avaient déjà cette boutade de mise en garde contre l’inutilité jugée de la philosophie : vivre d’abord, philosopher ensuite. C’est ainsi que ces étudiants vont proposer un éveil à la philosophie « gallinaire », ayant pour symbole le coq. C’est une philosophie vitale (non pas au sens de Tempels ni à celui de l’existentialisme) c’est-à-dire en quête d’action concrète. Elle se veut réponse concrète aux besoins de l’Africain. Son souci n’est pas de proposer une morale, une idéologie, une historiographie ou une religion. Elle est chacune de ces dimensions. Elle devient dès lors un évènement, un vécu, un engagement social, une histoire et c’est en tout cela qu’elle est vitale. C’est donc une philosophie qui se lève très tôt matin avec l’homme qui va aux champs, avec l’ouvrier qui va au travail, avec la femme qui s’en va au marché, avec l’enfant en route pour l’école.

Le coq est ainsi l’animal qui nous réveille le matin, celui qui annonce l’avènement d’un jour nouveau. C’est lui qui nous rend présent à l’esprit que notre marche avec le temps va inexorablement vers l’anéantissement de tous les instants. Le coq représente aussi la fécondité, car à lui seul dans une basse court, peut féconder toutes les poules dans un continuel cycle de la vie.

C’est donc pour marquer cette dimension fonctionnelle de la philosophie africaine, que nous voulons mettre en valeur cette image du coq dans l’orientation de cette revue, qui voudrait résonner comme un instrument d’éveil des consciences par le moyen de la philosophie.

« Vivre, c’est être longtemps malade : je dois un coq à Esculape libérateur. »

Socrate buvant la ciguë.

Publication ancienne

Commentaires

WORDPRESS: 3
  • comment-avatar
    Everaldo Lins de Santana 11 mois

    Salut, amis, revue importante!

  • comment-avatar

    Merci Everaldo!!! Nous comptons sur vous pour la consolidation de ce projet.

  • comment-avatar
    Everaldo Lins de Santana 3 mois

    « La Philosophie africaine c’est aussi une manière de vie « 

  • DISQUS: 0
    Translate »